Lettre N° 7 du Modérateur National – « O Immaculée »

Le Chevalier de l’Immaculée Lettre n° 7 – 2e trimestre 2019

La consécration à l’Immaculée que le nouveau chevalier prononce à l’occasion de la cérémonie d’entrée dans la Militia Immaculatæ commence par cette belle invocation : « Ô Immaculée, Reine du ciel et de la terre… »

« L’Immaculée » : c’est presque l’unique nom que donnait le Père Kolbe à la très sainte Vierge. Ce titre, utilisé dans la Milice de l’Immaculée pour invoquer Marie, est un titre dogmatique. C’est la piété fondée sur la doctrine catholique ; c’est la doctrine catholique transfigurée par la piété.

Le dogme de l’Immaculée Conception a été proclamé par le pape Pie IX le 8 décembre 1854. Voici les termes de la définition dogmatique : « La bienheureuse Vierge Marie a été, dans le premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulières du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel. »

La Mère de Dieu, dès le premier instant – et non pas à un supposé deuxième instant – de sa conception, a été pleine de grâce et Dieu n’a pas permis qu’Elle fut atteinte par la transmission du péché originel qui infecte, normalement, tout le genre humain. Marie, bien qu’incluse dans le plan de la Rédemption, n’a donc jamais été atteinte par le péché originel. Pas même un seul instant.

La Vierge n’a pas mérité son immaculée conception. Pour ce faire, Elle aurait dû mériter avant d’exister, ce qui est impossible. Ou bien Elle aurait dû mériter la grâce qui est le principe du mérite, ce qui est également impossible.

Le Père Dillenschneider, dans son livre intitulé Marie au service de notre Rédemption, explique : « Tout d’abord, Dieu ordonne la Rédemption à la sanctification de Marie ; puis, Il oriente cette même Rédemption, à laquelle cette fois Marie est associée, au salut des autres hommes. Le Christ, en première intention, s’immole pour la Vierge, puis, avec Elle, en seconde intention, pour la restauration du reste de l’humanité. Le Père agrée l’offrande sacrificielle de son Fils en faveur, tout d’abord, de la Rédemption préservatrice de Marie ; puis, de concert avec l’oblation de la même victime par Notre-Dame, au profit de la Rédemption réparatrice des autres [hommes] » (p. 404).

C’est, pour ainsi dire, Dieu qui a pris l’initiative de l’immaculée conception pour sa très sainte Mère. La consécration du Père Kolbe commence donc à la fois par une louange à Marie et un acte de reconnaissance envers la bonté de Dieu.?

Abbé Guy Castelain+

Télécharger

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *