Lettre N°14 – De l’importance de prier les 15 mystères du Rosaire


Chers chevaliers de l’Immaculée,

Je suis heureux de pouvoir vous adresser ces quelques mots en ce jour anniversaire de la fondation de la M.I. Aujourd’hui, il y a 102 ans, le Père Maximilien Kolbe fondait la Milice de l’Immaculée parce qu’il désirait se confier à l’Immaculée seule, Celle-ci étant la victoire dans toutes les batailles qui se déroulaient devant ses yeux, entre Dieu et le démon. Depuis la fondation de la Milice de l’Immaculée, le combat des âmes entre l’Église et le monde s’est intensifié. Comme il ne reste que très peu de temps au démon pour faire des ravages, il semble avoir rassemblé toutes ses forces et devenir plus puissant que jamais.

Cependant l’histoire de l’Église au cours des siècles, et spécialement ces 100 dernières années, confirme les faits suivants : Plus grande est la situation critique de la chrétienté, plus notre Mère du Ciel se fait proche de ses enfants de la terre. Elle les guide, les encourage et leur donne les vrais moyens de lutter.

Ainsi au cours des 200 dernières années, il y a eu plus d’apparitions de Notre-Dame que jamais auparavant. Une chose commune à toutes ces apparitions, est que notre Mère a voulu réveiller ses enfants endormis, les alertant du sérieux de la situation, et leur donnant, tout ensemble, la dévotion à son Cœur Immaculé et le saint Rosaire comme « derniers remèdes » (Fatima) et « armes pour les fidèles, dans ces temps de tribulation » (Akita).

Le Rosaire n’est pas simplement un moyen humain de prière, mais un plan de la Divine Providence. C’est l’arme du Ciel que Notre-Dame a donné à saint Dominique. Le démon a essayé tout au long des siècles de détruire la foi en l’origine divine de cette prière, d’en obscurcir les éléments en inspirant de fausses croyances, comme celle qui voudrait que le Rosaire ne soit regardé que comme une prière pour les bigots ou comme la « prière des sœurs ».

Néanmoins, les origines célestes du très saint Rosaire de la bienheureuse Vierge Marie ne furent pas seulement encouragées de temps en temps par certains papes, mais le Ciel lui aussi en révèle le pouvoir par l’intermédiaire de certains saints. Cette vérité indélébile a été fixée dans la pierre telle qu’on peut le voir à Las Lajas en Colombie, lieu où Notre-Dame apparaît en 1754. Elle y a laissé une image grandeur nature, sur une pierre montrant comment Elle donna le Rosaire à saint Dominique.

L’arme du très saint Rosaire a démontré par elle-même sa puissance dans l’histoire de la chrétienté tout particulièrement lorsque les situations semblaient sans espoir. C’est l’arme de David comparable à cette pierre qu’il lança sur Goliath (Pie XII). Semblable à cette modeste pierre, le saint Rosaire est basé sur cette humilité et cette confiance en Dieu. Il est donc demandé aux catholiques d’en user comme d’une arme efficace spécialement dans les situations difficiles.

Notre protecteur, le Père Maximilien Kolbe décrit le saint Rosaire comme l’épée du chevalier. Les papes l’ont souvent appelé « l’arme de la chrétienté ». Par exemple le pape Pie XI, dans son encyclique Ingravescentibus Malis, appelle le Rosaire « l’arme de l’Église ». Plus encore, le même pape dit que le Rosaire est la plus puissante des armes pour l’expulsion des pouvoirs diaboliques, la préservation d’une vie sainte, pour l’acquisition des vertus et finalement, comme le moyen de paix entre les hommes.

D’innombrables fidèles peuvent témoigner qu’après avoir adhéré fidèlement et rapidement au saint Rosaire, ils ont eux-mêmes fait l’expérience des promesses qui nous sont faites à Fatima : à savoir, qu’il fut donné

« au Rosaire une nouvelle efficacité pour ces derniers temps et qu’aucun problème ne peut être résolu sans lui ».

Cependant, une arme qui est utilisée souvent s’use plus aisément et c’est pourquoi le Rosaire requiert un soin particulier. Il doit être aiguisé de temps en temps afin de lui rendre son efficacité. Beaucoup d’entre nous ont certainement l’habitude de prier le chapelet ; cependant une certaine routine se glisse imperceptiblement. Certains le prient « parce qu’il faut prier » bien plus qu’ils ne le prient en connaissant l’efficacité de son pouvoir.

Lorsque saint Louis de Montfort et le Père Maximilien écrivent au sujet du Rosaire, ils parlent toujours des 15 mystères. Autrement ils font la distinction entre chapelet et Rosaire en mentionnant les 5 mystères du chapelet ou une partie du Rosaire. Saint Louis de Montfort lui-même encourageait les pécheurs à prier la totalité du Rosaire. Lorsque les soldats se préparent pour la bataille, les forces de réserve doivent montrer un plus grand entrain à emporter la victoire afin de compenser la perte éprouvée par les soldats fatigués. C’est pourquoi nous sommes appelés à prier le Rosaire plus souvent et avec un zèle plus grand, afin d’obtenir la victoire pour ceux qui se retrouvent hors-jeu ou enchaînés par le démon.

Nous ne disons pas que seule l’arme va être en endommagée, mais les soldats peuvent aussi s’affaiblir ou même se faire corrompre par le mauvais esprit de nos ennemis. Le pape Pie XI poursuit ainsi son encyclique : « Avec le Rosaire de Marie, nous ne nous prosternerons pas devant les haineux de Dieu et les ennemis de la religion, car cette prière nous enflammera dans cette quête des vertus de l’Évangile. Le Rosaire fortifiera la foi catholique de chacun, car la contemplation des saints mystères élève les esprits vers les vérités révélées par Dieu. »

Il n’est pas nécessaire de démontrer combien ceci est salutaire de nos jours, lorsque nous voyons si souvent une certaine indifférence concernant les choses du Saint-Esprit et un bien regrettable ennui lorsque nous traitons des questions de doctrine chrétienne. La prière du Rosaire fortifiera donc notre désir pour les choses immortelles. Car, en effet, la contemplation de la gloire de Jésus-Christ et de sa Mère dans les mystères glorieux du Rosaire nous révélera le Ciel et nous incitera à rejoindre notre patrie éternelle. Alors que le cœur des hommes brûle d’un attachement incontrôlé pour les choses de la terre, alors qu’ils deviennent jour après jour, plus gourmands des richesses fragiles et des plaisirs passagers, la prière du très saint Rosaire nous apportera les « trésors du Ciel que ni les voleurs ni la rouille ne pourront détruire » et qui demeureront pour toujours.

Considérons combien grand est le nombre de ceux dont l’amour est devenu froid et s’est éteint aujourd’hui ! Ne devraient-elles pas être nombreuses les personnes qui pourraient être enflammées d’amour à la contemplation des souffrances et de la mort de notre Sauveur et des douleurs de sa Mère, Sainte Marie ? De cet amour ardent de Dieu devrait découler nécessairement l’amour de notre prochain, car lorsque nous considérons avec quel amour Notre-Seigneur a enduré de peines et de souffrances pour restaurer notre filiation divine, cela donne nécessairement un puissant moteur à l’amour de notre prochain.

Cette nouvelle année 2020 sera une année anniversaire : En effet, le 6 mai, la Milice de l’Immaculée d’Observance Traditionnelle célébrera son 20e anniversaire de refondation suivant les statuts originels de notre fondateur. À la fin du mois d’octobre, la tradition catholique à Lourdes fêtera son 50e anniversaire de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X. Je voudrais donc proposer une année du Rosaire pour tous les chevaliers. À partir du jour de la fondation de la M.I. jusqu’à l’anniversaire de la célébration pour la tradition dans 1 an, nous voulons intensifier la prière du Rosaire au sein de la M.I.

Comment, en tant que chevalier, pouvons-nous prier le Rosaire de manière particulière, durant cette année à venir ? Voici quelques suggestions :

UNE PRIÈRE PLUS FRÉQUENTE

Par une prière plus fréquente : Autant que cela peut être concilié avec le devoir d’état, nous voulons essayer de prier 15 mystères du Rosaire. Nous pouvons faire cela en ajoutant l’une ou l’autre des parties du Rosaire à celui déjà prié en communauté. Ceux qui n’ont pas encore l’habitude de prier le Rosaire tous les jours devrait l’acquérir.

PLUS DE CONCENTRATION

Par une concentration plus consciente à prier le saint Rosaire : Nous espérons toujours associer au Rosaire une intention spéciale et un but particulier (pendant cette année le Supérieur général donnera des intentions particulières aux chevaliers). De cette manière, nous serons des chevaliers qui utiliseront leurs épées dans un but bien défini. Prier plus consciencieusement, veut aussi dire que nous contemplons réellement les saints mystères du Rosaire.

PLUS DE CONFIANCE

Par une prière plus confiante : Rappelons-nous fréquemment les diverses manifestations de puissance de cette prière et les nombreuses promesses de Notre-Dame. Faisons quelques lectures au sujet du Rosaire pour fortifier nos convictions, et nous demanderons à Notre-Dame une plus grande confiance et une plus grande foi en sa puissance. En tant que chevaliers de l’Immaculée dans notre propre environnement : Nous avons de bons dépliants, des paquets avec brochures et Rosaires dans différentes langues, qui sont disponibles aux secrétariats de la M.I.

DES ECRITS BIEN CIBLÉS

Par des écrits plus spécifiques sur le Rosaire : Dans les lettres et les magazines de la M.I., nous mettrons un accent spécial sur la prière du très saint Rosaire dans le but d’approfondir celle-ci dans nos rangs et d’amener un nouveau printemps.

Cela va sans dire que ce ne sont là que des suggestions qui font appel à votre générosité. Souvenons-nous que nous ne serons saints qu’autant que nous en revêtirons les couleurs. Puisse chaque chevalier se revêtir toujours du Rosaire et l’utiliser autant que possible durant la journée comme d’une arme.

Puisse la Reine du saint Rosaire nous donner les grâces nécessaires et puisse-t-Elle nous enrichir de ses bénédictions en cette année de grâce.

Avec ma bénédiction sacerdotale.

Abbé Karl Stehlin

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *