C’est par Marie que l’on devient un « autre Christ »


Lorsque les temps furent accomplis où le Christ devait venir, le Dieu en trois personnes créa pour lui seul la Vierge immaculée, la combla de grâce et habita en elle (« Le Seigneur est avec vous »).

Par son humilité, cette Vierge très sainte enthousiasma tellement son cœur, que Dieu le Père lui donna comme fils son Fils incarné, que Dieu le Fils descendit dans son sein virginal, et que Dieu le Saint-Esprit forma en elle le corps très saint de l’Homme-Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, fruit de l’amour de Dieu et de l’amour de l’Immaculée.

C’est ainsi qu’est né l’Homme-Dieu premier né, et les âmes ne renaissent pas autrement dans le Christ que par l’amour de Dieu pour l’Immaculée et dans l’Immaculée. Et nulle parole, nulle perfection et nulle vertu ne deviennent chair, ne deviennent réalité en quelqu’un qu’à travers l’amour de Dieu pour l’Immaculée. (Fragment du livre inachevé…, op. cit., p. 615.)

« Je vous ai donné un exemple pour que vous agissiez comme j’ai agi ». Et quel est cet exemple que nous donne le Sauveur ? Alors le Rédempteur vint sur la terre, l’Homme-Dieu, Jésus, et il commença sa mission : nous enseigner le chemin pour aller au Ciel. Et comment commence-t-il ? Il se rend dépendant de l’Immaculée comme un enfant envers sa mère, et pendant trente années de sa vie sur terre, il honore sa mère et la sert directement en tout, et ainsi il accomplit la volonté de Dieu. Dès cet instant nul ne sera semblable à Jésus que s’il honore l’Immaculée conformément à son exemple. ( Informator Rycerstwa Niepokalanej » 4 (1938), p. 34 ; CDM, p. 110.)

Les hommes doivent honorer Marie comme Jésus l’a honorée

Jésus-Christ, l’Homme-Dieu, vrai Dieu, la deuxième personne de la Très Sainte Trinité, est véritablement son enfant. Elle est vraiment sa mère. Il observe le quatrième commandement, il honore sa mère et la vénère. Comme un fils ne cesse jamais d’être le fils de sa mère, ainsi Jésus sera
toujours son fils, et elle à jamais sa mère. Il sera son Fils respectueux pour l’éternité. Et de même qu’il l’honorait de toute éternité, et qu’il l’honorera de toute éternité, personne ne peut s’approcher de lui, devenir semblable à lui, se sauver et se sanctifier, si lui aussi ne l’honore, qu’il soit un ange ou
un homme. (Fragment d’un livre inachevé…, op.cit., p. 601.)

La raison plus profonde de ce décret de la Providence est qu’à cause du péché originel « les fils d’Ève exilés » ne sont plus capables de répondre à l’amour de Dieu par eux-mêmes. Ce n’est qu’à partir du moment où ils ont à nouveau une mère si pure, si puissante et si sainte qu’elle peut faire naître en eux la vie divine, qu’ils ont à nouveau la possibilité d’un retour vers Dieu : Rien de fini ne peut nous combler. Dieu seul peut être notre fin : connaître Dieu, l’aimer, le posséder, nous unir à lui, être transformés en lui, être divinisés, devenir en quelque sorte homme-Dieu. Mais Dieu seul étant infini, la créature finie pourra-t-elle jamais atteindre ce but ?

De plus, même « le juste pèche sept fois le jour ». C’est alors que l’Immaculée vient au monde, sans la tache du moindre péché, chef-d’œuvre de Dieu, pleine de grâce. Le Dieu trine jette les yeux sur la bassesse, l’humilité de sa servante, et « le Tout-Puissant fait en elle de grandes choses ». Dieu le Père lui donne pour fils son propre Fils… l’Immaculée devient mère de Dieu. Désormais les enfants de Dieu devront être formés d’après le modèle du Fils de Dieu, de l’Homme-Dieu infini, reproduisant les traits du Fils de Dieu, et c’est en suivant les traces du Christ que les âmes tendront à la sainteté. Plus parfaitement l’on reflète en soi l’image du Christ, plus on
s’approche de la divinité et l’on est divinisé. En revanche, celui qui ne veut pas avoir l’Immaculée pour mère n’aura pas non plus le Christ pour frère, Dieu le Père ne lui enverra pas son Fils, le Fils ne viendra pas dans son âme, le Saint-Esprit ne l’incorporera pas dans le corps mystique du Christ par ses
grâces, car tout cela ne s’accomplit qu’en Marie Immaculée, pleine de grâces, et uniquement en elle. Car aucune créature n’est sans tache, ni pleine de grâce, et ne convient donc pour que « le Seigneur soit avec lui ». Et si l’Homme-Dieu premier-né ne fut conçu qu’avec le consentement exprès de la divine Vierge, il n’en sera pas autrement des autres hommes,
qui doivent imiter leur Modèle en tout et avec exactitude.

C’est en Marie que toutes les âmes seront formées selon le moule de Jésus-Christ

C’est dans le sein de la Vierge que l’âme doit renaître selon le moule de Jésus-Christ. Elle doit nourrir les âmes du lait de sa grâce, les embrasser, les éduquer, comme elle nourrit, caressa, éduqua Jésus. A ses pieds, l’âme doit apprendre à connaître et aimer Jésus. Dans le cœur de Marie, elle doit puiser l’amour pour Jésus, avec le cœur de Marie, elle doit aimer Jésus, et
avec son amour elle doit être formée à sa ressemblance. (Ibid., p. 613–614.)

A Fatima, la Sainte Vierge a dit le 13 juin 1917 : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu ». Elle est le chemin le plus sûr et le plus sublime pour conduire à la sainteté. Car si elle entre dans une âme, fût-elle pauvre et souillée de péchés et de vices, elle ne permettra pas que cette âme soit perdue, mais implorera pour elle la grâce de la lumière pour la raison et de la force pour la volonté, afin qu’elle fasse un
retour sur elle-même et sorte du péché. Par Marie Immaculée à Jésus, telle est notre devise, que Mgr Sapieha a exprimée ainsi dans sa bénédiction pour la M.I. : « De tout cœur, nous bénissons les membres de la Milice de l’Immaculée, qui combattent sous l’étendard de la Sainte Vierge ; puisse-t-elle aider l’Église à amener le monde entier aux pieds de Jésus »7.
La connaître, se donner à elle, vivre en elle, agir par elle, voilà le secret de la victoire assurée : « A la fin mon Cœur immaculé triomphera ! »

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes