Qu’est-ce que le libéralisme?


Qu’est-ce que la liberté?

La liberté, bien excellent de la nature et apanage exclusif des êtres doués d’intelligence ou de raison, confère à l’homme une dignité en vertu de laquelle il est mis entre les mains de son conseil et devient le maître de ses actes.

Ce qui, néanmoins, est surtout important dans cette prérogative, c’est la manière dont on l’exerce, car de l’usage de la liberté naissent les plus grands maux comme les plus grands biens. Sans doute, il est au pouvoir de l’homme d’obéir à la raison, de pratiquer le bien moral, de marcher droit à sa fin suprême; mais il peut aussi suivre toute autre direction, et, en poursuivant des fantômes de biens trompeurs, renverser l’ordre légitime et courir à une perte volontaire.

Qui a perfectionné notre liberté?

Le libérateur du genre humain, Jésus-Christ, est venu restaurer et accroître l’ancienne dignité de notre nature; mais c’est à la volonté même de l’homme qu’il fait sentir surtout son influence, et, par sa grâce dont il lui a ménagé les secours, par la félicité éternelle dont il lui a ouvert la perspective dans le ciel, il l’a élevée à un état meilleur.

Et, pour un motif semblable, l’Eglise a toujours bien mérité de ce don excellent de notre nature, et elle ne cessera pas d’en bien mériter, puisque c’est à elle qu’il appartient d’assurer aux bienfaits que nous devons à Jésus-Christ leur propagation dans toute la suite des siècles. Et pourtant, on compte un grand nombre d’hommes qui croient que l’Eglise est l’adversaire de la liberté humaine. La cause en est dans l’idée défectueuse et comme à rebours que l’on se fait de la liberté. Car, par cette altération même de sa notion, ou par l’extension exagérée qu’on lui donne, on en vient à l’appliquer à bien des choses dans lesquelles l’homme, à en juger d’après la saine raison, ne saurait être libre.

L’homme est-il libre?

Tandis que les animaux n’obéissent qu’aux sens et ne sont poussés que par l’instinct naturel à rechercher ce qui leur est utile ou à éviter ce qui leur serait nuisible, l’homme, dans chacune des actions de sa vie, a la raison pour guide.

Or, la raison, à l’égard des biens de ce monde, nous dit de tous et de chacun qu’ils peuvent indifféremment être ou ne pas être; d’où il suit qu’aucun d’eux ne lui apparaissant comme absolument nécessaire, elle donne à la volonté le pouvoir d’option pour choisir ce qui lui plaît.

Quelle faculté permet à l’homme de comprendre qu’il est libre?

Si l’homme peut juger de la contingence des biens, c’est qu’il a une âme simple de sa nature, spirituelle et capable de penser ; une âme qui, étant telle, ne tire point son origine des choses corporelles, pas plus qu’elle n’en dépend pour sa conservation, mais qui, créée immédiatement de Dieu et dépassant d’une distance immense la commune condition des corps, a son mode propre et particulier de vie et d’action ; d’où il résulte que, comprenant par sa pensée les raisons immuables et nécessaires du vrai et du bien, elle voit que ces biens particuliers ne sont nullement des biens nécessaires. Ainsi prouver pour l’âme humaine, qu’elle est dégagée de tout élément mortel et douée de la faculté de penser, c’est établir en même temps la liberté naturelle sur son solide fondement.

Ainsi, la liberté est le propre de ceux qui ont reçu la raison ou l’intelligence en partage; et cette liberté, à en examiner la nature, n’est pas autre chose que la faculté de choisir entre les moyens qui conduisent à un but déterminé; en ce sens que celui qui a la faculté de choisir une chose entre plusieurs autres, celui-là est maître de ses actes.

La volonté, la connaissance et le jugement

Toute chose acceptée en vue d’en obtenir une autre appartient au genre de bien qu’on nomme l’utile; et le bien ayant pour caractère d’agir proprement sur l’appétit, il faut en conclure que le libre arbitre est le propre de la volonté même en tant que, dans ses actes, elle a la faculté de choisir.

Mais il est impossible à la volonté de se mouvoir, si la connaissance de l’esprit ne l’éclaire d’abord: c’est-à-dire que le bien désiré par la volonté est nécessairement le bien en tant que connu par la raison. Et cela d’autant plus que dans toute volition, le choix est toujours précédé d’un jugement sur la vérité des biens et sur la préférence que nous devons accorder à l’un d’eux sur les autres.

Or, juger est de la raison, non de la volonté ; on n’en saurait raisonnablement douter. Etant donc admis que la liberté réside dans la volonté, laquelle est de sa nature un appétit obéissant à la raison, il s’ensuit qu’elle-même, comme la volonté, a pour objet un bien conforme à la raison.

L’erreur, l’imperfection, le faux sont des absences de liberté

Néanmoins, chacune de ces deux facultés (volonté et liberté) ne possédant point la perfection absolue, il peut arriver et il arrive souvent que l’intelligence propose à la volonté un objet qui, au lieu d’une bonté réelle, n’en a que l’apparence, une ombre de bien, et que la volonté pourtant s’y applique.

Mais, de même que pouvoir se tromper et se tromper réellement est un défaut qui accuse l’absence de la perfection intégrale dans l’intelligence, ainsi s’attacher à un bien faux et trompeur, tout en étant l’indice du libre arbitre, comme la maladie l’est de la vie, constitue néanmoins un défaut de la liberté. Pareillement la volonté, par le seul fait qu’elle dépend de la raison, tombe dans un vice radical qui n’est que la corruption et l’abus de la liberté.

La liberté et la Loi sont-elles contradictoires?

La condition de la liberté humaine étant telle, il lui fallait une protection, il lui fallait des aides et des secours capables de diriger tous ses mouvements vers le bien et de les détourner du mal : sans cela, la liberté eût été pour l’homme une chose très nuisible. Et d’abord uneLoic’est-à-dire une règle de ce qu’il faut faire ou ne pas faire, lui était nécessaire. A proprement parler, il ne peut pas y en avoir chez les animaux, qui agissent par nécessité, puisque tous leurs actes, ils les accomplissent sous l’impulsion de la nature et qu’il leur serait impossible d’adopter par eux-mêmes un autre mode d’action. Mais les êtres qui jouissent de la liberté ont par eux-mêmes le pouvoir d’agir, d’agir de telle façon ou de telle autre, attendu que l’objet de leur volonté, ils ne le choisissent que lorsqu’est intervenu ce jugement de la raison dont Nous avons parlé. Ce jugement nous dit, non seulement ce qui est bien en soi ou ce qui est mal, mais aussi ce qui est bon et, par conséquent, à réaliser, ou ce qui est mal et, par conséquent, à éviter. C’est, en effet, la raison qui prescrit à la volonté ce qu’elle doit chercher ou ce qu’elle doit fuir, pour que l’homme puisse un jour atteindre cette fin suprême en vue de laquelle il doit accomplir tous ses actes. Or,cette ordination de la raison, voilà ce qu’on appelle la loi.

Si donc, la loi est nécessaire à l’homme, c’est dans son arbitre lui-même, c’est-à-dire dans le besoin qu’il a de ne pas se mettre en désaccord avec la droite raison, qu’il faut en chercher, comme dans sa racine, la cause première. Et rien ne saurait être dit ou imaginé de plus absurde et de plus contraire au bon sens que cette assertion : L’homme, étant libre par nature, doit être exempté de toute loi; car, s’il en était ainsi, il s’en suivrait qu’il est nécessaire pour la liberté de ne pas s’accorder avec la raison, quand c’est tout le contraire qui est vrai, à savoir, que l’homme doit être soumis à la loi, précisément parce qu’il est libre par nature. Ainsi donc, c’est la loi qui guide l’homme dans ses actions et c’est elle aussi qui, par la sanction des récompenses et des peines, l’attire à bien faire et le détourne du péché.

Qu’est-ce que le libéralisme?

« Le libéralisme n’est pas une hérésie ordinaire, c’est l’hérésie propre, personnelle de Satan, puisqu’elle consiste, pour la créature, à usurper à son profit l’indépendance et la souveraineté qui n’appartiennent qu’à Dieu, de toute éternité, et dans l’ordre des temps à Notre-Seigneur Jésus-Christ. […] On voit par là en quoi le libéralisme moderne diffère de tout ce qui l’a précédé en fait de révolte et de péché. […] Le libéralisme appelle « l’homme de péché », il prépare les voies à l’Antéchrist. »

(Mgr Delassus, La Conjuration antichrétienne, 1910).

Les débuts du libéralisme

Les différentes formes du libéralisme

Le libéralisme philosophique

Le libéralisme morale

Le libéralisme économique

Le libéralisme politique

Le libéralisme dans l’éducation

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes