Marie, à l’instant présent


Les dispositions du Cœur de la Vierge Marie le jour de la Vigile de Noel sont le point culminant des désirs de l’humanité passée, présente et future. Elles sont l’écho assourdissant des désirs, des vœux du peuple hébreux et des nations assises dans les ténèbres de la mort.

Cependant, même si la liturgie de l’Avent nous fait prononcer tous les ans ces mots si riches de sens : « Veni Domine et noli Tardare » notre cœur lui d’année en année s’appesantit et s’ennuie de cette mélodie qu’il ne comprend pas bien. N’est-il pas déjà venu ce Sauveur ? Ne sait-on pas déjà comment il est mort puis ressuscité ? Au XXIème siècle, nous savons que Jésus est né et qu’il nous a racheté. Alors, pourquoi chanter et s’extasier sur ces mots : « Veni Domine et Noli tardare. Venez Seigneur, et ne tardez pas. »

Pour comprendre ce mystère, il faut s’approcher de Marie Immaculée. Elle est une pure et parfaite créature. Son rapport au temps, est par grâce, le même que celui de Jésus. En effet, en tant que Corédemptrice, Elle englobe dans son manteau de grâces, toutes les âmes passées, présente et futures. Cette capacité et cette puissance à pouvoir déverser les grâces et les mérites de Jésus-Christ entremêlées aux siens, lui donna d’avoir présentes sous ses yeux toutes les âmes, y compris les nôtres.

Néanmoins, si cela était donné à Marie par grâce et s’il lui était aisé de nous voir, il n’est cependant pas facile pour une âme de notre siècle de voir et de comprendre les dispositions et l’âme Immaculée de Marie. C’est pour cette raison que l’Eglise, notre Mère, nous a donné la liturgie. La liturgie de l’Eglise est comme un « Vortex ». Le Rosaire, un autre « vortex ». La Messe, un autre vortex… Tous ces moyens physiques et matériels que l’Eglise nous met à disposition sont comme autant de vortex, de passe-muraille, de moyen de téléportation qui nous mettent en rapport direct avec l’Eternité.

Ce vortex fonctionne de la manière suivante : lorsque nous prions avec les mots choisis de l’Eglise (Liturgie), ou lorsque nous prions avec les mots du Ciel (Pater Noster, Ave Maria…) notre âme entre réellement dans le temps de Dieu, dans ce temps de Paix et sous la puissante protection de l’Immaculée. Un lien se crée qui transporte l’âme dans les lieux et place du mystère contemplé. Aussi, est-ce a ce moment-là que nous pouvons voir Marie Immaculée. Nous pouvons avec Saint Jean témoigner « ce que nous avons vu et toucher du Verbe de vie ». Nous pouvons entrer dans ces dispositions mariales d’attente et de désir du Salut que Marie conservaient dans son Cœur, les méditant : « Veni Domine et nolite Tardare. »

Ces vortex sont à utiliser aussi souvent que l’on peut car à la séparation de l’âme et du corps, l’âme est appelée à rester dans cette éternité, contemplant en un instant, et l’Incarnation et la Redemption de Celui qui aima l’homme jusqu’à donner sa propre Vie par l’Immaculée. L’éternité n’est autre chose qu’un présent sans fin et c’est là où se trouve Marie, dans cet instant présent.

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes