Angelus


Le texte

℣. L’ange du Seigneur annonça à Marie qu’Elle serait la Mère du Sauveur
℟. Et elle a conçu du Saint-Esprit.

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

℣. Voici la Servante du Seigneur,
℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

℣. Et le Verbe s’est fait chair
℟. Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

℣. Priez pour nous, Très Sainte Mère de Dieu,
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Prions. Daignez, Seigneur, répandre votre grâce dans nos âmes, afin qu’ayant connu par la voix de l’Ange l’Incarnation de Votre Fils Jésus Christ, nous puissions parvenir par sa Passion et par sa Croix, à la gloire de sa Résurrection, par le même Jésus Christ Votre Fils, notre Seigneur. Amen

La composition

Cette prière chrétienne est un condensé de tout l’amour de l’Eglise envers la Très Sainte Vierge Marie. En effet, elle met en valeur la révérence de l’ange et même d’une certaine manière, de Dieu Lui-même, qui apporte à l’humble jeune fille une Nouvelle extraordinaire : Dieu veut se faire homme, en Vous, O Marie!

La réponse de la Vierge, qui fait suite, est aussi d’une beauté incomparable : Marie Immaculée ne met en valeur que sa dépendance totale, son acquiescement irréversible aux désirs infinis de son Créateur. Par sa réponse, elle nous montre ce qu’est la véritable nature humaine: rien.

Et le fruit de cet anéantissement c’est ce Verbe, éternel Engendré du Père, qui s’incarne, qui se fait homme. Il n’a pas eu horreur du sein de la Vierge Marie puisqu’il la choisie pour demeurer avec nous.

L’histoire

Au Concile de Clermont (1095), le pape Urbain II demande que les cloches des cathédrales et églises de la chrétienté soient sonnées pour la prière de l’angélus le matin et le soir, pour le succès de la première croisade. Après la première croisade, une seule ville continua de pratiquer l’angélus : il s’agissait de Saintes, capitale du comté de Saintonge.

En 1318, Jean XXII, pape d’Avignon, dans sa bulle Quam pium quam debicum, recommande « que cette pieuse coutume établie à Saintes soit étendue à l’Église universelle ».

Le pape Calixte III renouvelle en 1456 la prescription de l’angélus du soir pour demander la victoire de la Chrétienté sur les Turcs musulmans.

Le roi de France Louis XI, venu plusieurs fois à Saintes, demande en 1472 qu’entre les sonneries du matin et du soir, une autre sonnerie ait lieu à midi afin de prier la Vierge pour implorer la paix du royaume.

Le 16 janvier 1476, le pape Sixte IV officialise la pratique de trois angélus quotidiens et la récitation de trois Ave Maria, prescription que le pape Alexandre VI renouvellera en 1500.

Le texte en latin

V. Angelus Domini nuntiavit Mariae,
R. Et concepit de Spiritu Sancto.
Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum; benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Iesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae. Amen.

V. Ecce ancilla Domini,
R. Fiat mihi secundum verbum tuum.
Ave Maria…
V. Et Verbum caro factum est.
R. Et habitavit in nobis.
Ave Maria…
V. Ora pro nobis, sancta Dei Genitrix.
R. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.

Oremus.
Gratiam tuam, quaesumus, Domine, mentibus nostris infunde; ut, qui, angelo nuntiante, Christi Filii tui incarnationem cognovimus, per passionem ejus et crucem, ad resurrectionis gloriam perducamur. Per eumdem Christum Dominum nostrum. R. Amen.



N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *