Accomplir la volonté de l’Immaculée


LE CHEVALIER DE L’IMMACULÉE peut-il avoir la certitude d’atteindre un but aussi élevé que le sien a savoir, sauver les âmes ? Existe-t-il un fondement solide sur lequel il puisse s’appuyer sans crainte de se tromper ?

Il n’existe qu’un seul critère sûr, et le chevalier le trouve dans la foi seule : le but de l’homme est d’honorer et d’aimer Dieu en faisant sa volonté. Si l’homme connaît la volonté de Dieu et la prend pour règle de ses actions, il s’élève au-dessus de l’inconstance et de l’incertitude de tout ce qui est terrestre, et s’ancre dans la sagesse de Dieu, immuable, infinie et éternelle.


C’est celui qui, en tout, accomplit la volonté de Dieu le plus parfaitement possible, qui en fait le plus pour la cause de l’Immaculée.

C’est faire le maximum pour l’Immaculée que d’accomplir tous les jours son devoir parfaitement

Plus encore : celui qui accomplit parfaitement la volonté de Dieu peut dire avec raison que Dieu lui-même, le Dieu tout-puissant et infini, ne pourrait en faire plus. Ainsi donc, celui qui accomplit le plus parfaitement possible la volonté de Dieu, fait énormément pour le bonheur des âmes. Car c’est là le chemin que Jésus, notre Sauveur, nous a lui-même montré. S’il en existait un autre plus parfait, il l’aurait choisi. Or, pendant trente ans, il fut soumis à sa très sainte Mère et à saint Joseph, et en cela il accomplit sans relâche la volonté du Père.

Pour cela, point n’est besoin d’une formation spéciale ou d’une préparation particulière. Chacun peut faire le maximum pour la cause de l’Immaculée par l’accomplissement exact de son rôle comme l’un des petits « rouages » qui ensemble forment la grande « machine » qu’est Niepokalanów — la cité de l’Immaculée ! (Conférence du 18.04.1937 ; KMK, p. 117–118.)


De quelle manière
Dieu nous révèle-t-il ce qu’il attend de nous?

Quel est le plan de vie qu’il a prévu de toute éternité pour notre plus grand bien ? Ici s’applique un principe qui vaut pour toute la création : Dieu, cause première, se sert habituellement d’un grand nombre de causes secondes, qui sont comme des « miroirs » qui le reflètent, ou des canaux par lesquels il dispense sa grâce, sa lumière, ses volontés.

Lorsqu’il agit, Dieu veut toujours se servir d’instruments, et à leur tour, ces instruments se servent d’autres instruments, de sorte qu’ils forment ensemble un tout harmonieux, beau et précis. Nous sommes ces instruments de l’Immaculée. Dieu nous a donné une volonté libre, mais il veut que ces instruments le servent, qu’ils soumettent leur volonté à la sienne, tout comme l’a fait Notre-Dame en disant : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon votre parole. » Ces mots « qu’il me soit fait… » doivent toujours se trouver sur nos lèvres, car il doit toujours régner une parfaite harmonie entre la volonté de l’Immaculée et la nôtre. Que devons-nous donc faire ? Laissons-nous guider par Marie et ne craignons pas. En employant l’expression « volonté de l’Immaculée » plutôt que « volonté de Dieu », on procure une plus grande gloire à Dieu, car de cette manière on reconnaît que la Sainte Vierge est la créature de Dieu la plus parfaite. Laissons-nous donc guider par elle dans notre vie intérieure et extérieure, et voulons ce qu’elle veut. (Conférence du 13.06.1933 ; CDM, p. 117–118.)

On peut en toute tranquillité de conscience utiliser l’expression suivante : « Je veux accomplir la volonté de l’Immaculée », car elle veut toujours ce que veut Jésus, et Jésus veut toujours ce que veut le Père. Par conséquent, ce qu’elle veut coïncide toujours avec la volonté du Fils et du Père. Allons plus loin : quand on se réclame de la volonté de l’Immaculée, non seulement on montre qu’on aime la volonté de Dieu, mais on proclame que la volonté de l’Immaculée est si parfaite, qu’elle ne se distingue en rien de la volonté de Dieu, et ainsi on rend gloire à Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, d’avoir créé un être si parfait et de l’avoir rendu apte à devenir sa mère. (Fragment du livre inachevé… ; BMK, p. 612.)

Le chevalier de l’Immaculée qui accomplit la volonté de sa reine, a choisi la meilleure part. Il n’est pas de plus grande perfection, pas d’action plus magnifique que de s’oublier soi-même complètement et de faire la volonté infinie et parfaite de Dieu, qui se reflète dans la volonté de l’Immaculée.


Mais comment se manifeste concrètement cette volonté dans notre vie de tous les jours ?

D’abord par les commandements, les vérités révélées de notre foi, les saintes règles de vie que nous donne l’Église. Mais surtout par l’obéissance à ceux qui tiennent la place de Dieu auprès de nous.

Parfois nous connaissons les désirs de Marie par des inspirations intérieures. Mais, par nous-mêmes, nous ne pouvons presque jamais savoir avec certitude si elles viennent de Marie ou de notre amour-propre, voire du diable. Transfiguré en ange de lumière, Satan réussit parfois à nous faire miroiter des actions très saintes en elles-mêmes, qui seraient peut-être bonnes pour quelqu’un d’autre, mais que Dieu n’attend pas de nous. Même si nous avions une vision et pensions que la Sainte Vierge nous apparaissait, pour nous charger de la mission la plus sublime, comment avoir la certitude que c’est bien elle et non pas une illusion ou un piège du démon… Le meilleur test est l’obéissance aux supérieurs.

(Manuscrit M.I ; CDM, p. 118.)

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *