Le Père Maximilien Kolbe et la Franc-Maçonnerie


« Notre objectif principal est toujours la conversion et la sanctification des âmes, c’est-à-dire les gagner à l’Immaculée et à l’amour de chaque âme, y compris les juifs, les francs-maçons, les hérétiques, etc.

Père Maximilien Kolbe

Sans aucun doute, la conversion des pécheurs, des francs-maçons et des non-chrétiens est le but que le Père chérit le plus. Pourtant, il sait que cela ne peut être réalisé sans les efforts personnels des fidèles et par la lutte pour la sainteté. D’où son engagement à catéchiser les fidèles. Ses conférences dans la Sala Italiana de Cracovie, qu’il mentionne souvent dans ses écrits, ainsi que les bibliothèques ambulante et Rycerz lui-même répondent à ce besoin. En particulier, dans la revue mensuelle, il aborde une grande variété de thèmes, engagé à réfuter les adversaires de l’Église et à approfondir la connaissance de la vérité chrétienne de la part des fidèles. En parcourant les sections pertinentes de ses écrits, il est facile de mesurer comment, dans les articles de Rycerz, avec des sujets mariaux et franciscains, il aborde également des thèmes de nature philosophique, dogmatique, morale et liturgique.


Les moyens pour convertir les francs-maçons

1. La pauvreté évangélique de saint François

« Notre Père Saint-François est le modèle du missionnaire; son exemple et sa règle sont hautement missionnaires et permettent le plus grand degré de zèle apostolique direct pour le salut et la sanctification des âmes.

L’élément clé de cette Règle, la sainte pauvreté, nous permet de nous mesurer aux plus grandes puissances financières des divers protestants, sectaires, athées, etc., et de leurs dirigeants, les francs-maçons, car la sainte pauvreté est le trésor sans fin de la Divine Providence.

Nous en faisons l’expérience avec force ici au Japon. Si nous nous permettions un confort de quelque nature que ce soit, nous serions même entravés dans notre activité. Ainsi ceux qui le peuvent, viennent nous aider – à tel point que maintenant notre traducteur le plus précieux est le professeur Yamaki, japonais, protestant méthodiste de naissance, et qui plus est… celui qui prêche dans leur église. Cependant, il penche de plus en plus vers le catholicisme, et son idéal est notre Père saint François comme pauvre.
L’Immaculée comme objectif et la pauvreté comme clé: voici les deux caractéristiques auxquelles Niepokalanów ne peut renoncer à aucun égard. Sans un tel but, il cesserait d’être «Niepokalanów»; il trahirait sa mission. Et sans pauvreté et sans compter sur la Providence divine, on ne pourrait pas parler d’élan, d’offensive.

Père Maximilien, Nagasaki, 9 décembre 1930


2. Avertir, instruire les personnes des plans maçonniques

Il serait bon d’écrire à la présidence de l’Organisation nationale pour les femmes – Varsovie, Nowy Swiat 34 – pour expliquer les idéaux du MI et de Rycerz (Le Chevalier, Magazine), à savoir la restauration de la moralité, par la dévotion à l’Immaculée, et, de manière appropriée, l’approfondissement de la culture religieuse à travers la presse écrite, contre la résolution des francs-maçons: « On peut vaincre la religion catholique, non pas avec des arguments mais seulement en pervertissant la morale» (théâtre, cinéma, art, littérature, mode, etc.). »

Père Maximilien, Zakopane, 29 Septembre 1926

3. Enseigner à comprendre la guerre maçonnique

Lors d’un congrès, les francs-maçons ont décrété: « Nous pouvons vaincre la religion catholique non pas avec un raisonnement, mais uniquement en pervertissant la morale. » Quel jugement astucieux!…
La première partie témoigne de la vérité de la religion catholique, car seule la vérité ne peut être vaincue par la raison; en effet, elle en devient d’autant plus resplendissant.
Dans la deuxième partie, au contraire, ils mettent en valeur le point vraiment faible de l’être humain, car pour la personne plongée dans la boue de l’immoralité, la religion devient quelque chose d’inconvénient; elle ne veut pas y penser et proclame partout qu’elle ne croit pas en Dieu, comme si quelqu’un avait déjà démontré que Dieu n’existe pas. Pour elle, Dieu est trop gênant, car il lui est inconcevable qu’il puisse y avoir un plus grand bonheur, le seul qui puisse remplir et combler la grande âme de l’homme.

Il y a des années, saint Paul écrivait: «L’homme qui ne croit pas ne comprend pas» [cf. Ps 92: 7] et Jésus lui-même a enseigné: « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » [Mt ​​5: 8] – évidemment dans ce monde – avec les yeux de la foi.

Ce jugement (des francs-maçons) fut donc sage et, conformément à lui, ils commencèrent à corrompre délibérément et méthodiquement la littérature, l’art, le théâtre, le cinéma, la mode, etc. Et si les coutumes laissaient beaucoup à désirer auparavant, l’immoralité qui se répand effrontément maintenant de toutes les manières possibles, envahi nos villes et même les villages, entraînant avec lui l’affaiblissement de la foi, selon la prévoyance exacte de cette résolution.

L’Immaculée – dont il a été dit: « Elle vous écrasera la tête » [cf. Gn 3, 15], à savoir du serpent infernal – écrasera aussi cette tête, la franc-maçonnerie, qui dirige ce mouvement antireligieux et immoral et fournit de grandes sommes d’argent pour le développement de nouvelles sectes.

Consacrons-nous totalement à l’Immaculée, afin qu’elle veuille nous utiliser comme ses outils pour sauver et sanctifier les âmes. Conquérons pour elle les cœurs, car partout où elle va, pénètre la grâce divine, et ainsi le salut et la sanctification suivent.

Le Père Maximilien Kolbe, aux étudiants et aux professeurs du Lycée de Wirow, Zakopane, avant le 6 mars 1927

4. Ecrire, publier, diffuser la bonne presse auprès des enfants et des prêtres pour contrecarrer la mauvaise

Cher et bien-aimé père! L’Immaculée voudra-t-elle déjà parler aux enfants à travers son Rycerzyk avant le jour de l’An? Car il semble que les francs-maçons les empoisonnent déjà par une presse immorale. Le moment, fixé par elle, serait-il déjà venu pour la publication du «Chevalier» en latin (Miles Immaculatae), afin que les cœurs des ministres de l’autel (prêtres), actuels ou futurs, du monde entier soient conquis et unis à son Cœur? Il semble, en fait, que les francs-maçons agissent très rapidement.

Père Maximilien Kolbe, Mugenzai no Sono, 30 octobre 1932

5. La Sainte Messe doit servir à combattre le pouvoir de la Franc-maçonnerie

« Je pense que c’est très urgent et nécessaire (de prier et d’offrir des Messes) dans la lutte contre les francs-maçons, qui sont infiltrés parmi les membres du gouvernement, ou plutôt sont déjà au pouvoir. »

Père Maximilien Kolbe, Mugenzai no Sono, 8 février 1933

6. Recours à l’Immaculée

« Les francs-maçons installent les gens qu’ils veulent et les abattent lorsqu’ils commencent à agir de leur plein gré. Napoléon lui-même l’a vécu très clairement et en personne.
Comment contrer ce fléau, cette armée de l’Antéchrist? L’Immaculée, Médiatrice de toutes les grâces, peut et veut nous aider. Dans quel but, sinon, les apparitions à Lourdes, la révélation de la Médaille Miraculeuse, par laquelle beaucoup de personnes se sont déjà converties? Une âme imprégnée d’amour pour elle s’opposera certainement au travail de dépravation, arme principale entre les mains de la franc-maçonnerie. »

Père Maximilien Kolbe, Krakow, avant le 19 Octobre 1922

7. Consécration à l’Immaculée et but principal de la MI

« En lisant la carte d’enrôlement, on voit que la fin du MI c’est d’abord et avant tout la conversion de tous et surtout des francs-maçons, puisque ce sont à notre époque malheureusement ceux qui mènent l’attaque contre l’Église, même là où ils sont moins visibles. Et si le moment vient où la tête du serpent veut être appelée autrement, cela ne changera pas l’essence de la question. Puis aussi «la sanctification de tous» par l’Immaculée: c’est la fin même vers laquelle doit tendre même la conversion de tous ceux qui ont besoin de conversion. »

Père Maximilien Kolbe, Niepokalanów, 1er juillet 1938

Les ennemis de l’Immaculée dans le champ de mire

« Quels sont ces points de base? Les voici: l’anéantissement total du monde surnaturel. Il est clair qu’à ce stade, on ne peut plus parler de religion ou de morale. Leurs efforts considérables pour atteindre cet objectif sont clairs à chaque étape. L’art, la littérature et les magazines, les théâtres, les cinémas, l’éducation des jeunes et la législation s’orientent vivement vers l’abolition du monde surnaturel et la satisfaction des plaisirs de la chair. Cela n’est pas surprenant, car la franc-maçonnerie s’est beaucoup diversifiée.

Selon les statistiques de l’année 1907, l’état de la franc-maçonnerie cette année-là était le suivant: […]. En 1810, la Pologne comptait déjà 12 loges… La liste des membres comprend des ministres, des généraux et d’autres dignitaires de la nation, tant militaires que civils…. Tous ces éléments appartiennent en fait à la franc-maçonnerie et font beaucoup de mal, mais ne font pas partie de sa vraie tête. Ce sont les « maçons bleus », tandis que les maçons rouges n’enrôlent qu’un très petit cercle de personnes, principalement des juifs.

Ceux-ci sont pleinement conscients de leurs buts, et dirigent toute la masse énorme de ceux qui sont plus ou moins «éclairés» dans les choses relatives à l’organisation maçonnique. Cette tête est inconnue et agit toujours cachée, rendant l’opposition impossible. Ce sont eux qui établissent les plans de travail. De leur atelier est née la Révolution française, ainsi que toute la série des révolutions de 1789 à 1815, et aussi… la guerre mondiale.

Conformément à leurs directives, cette Maçonnerie a formé des personnes telles que Voltaire, D’Alembert, Rousseau, Diderot, Choiseul, Pombal, Aranda, Tanucci, Hangwitz, Byron, Mazzini, Palmerston, Garibaldi et d’autres. Nous ne connaissons pas les noms des membres actuels, mais il est certain qu’ici, en Pologne, Piłsudski appartient à la franc-maçonnerie. Voici la preuve de cela: dix jours avant le renversement du gouvernement Ponikowski, on disait à Rome que le gouvernement s’effondrerait, parce que les francs-maçons avaient ordonné à Piłsudski de le faire. Je l’ai entendu d’une personne fiable, à savoir du P. Bogdanowicz, secrétaire de Mgr Teodorowicz, qui à l’époque (pour autant que je me souvienne) était en fait à Rome. Les francs-maçons installent les gens qu’ils veulent et les abattent lorsqu’ils commencent à agir à leur gré. »

Père Maximilien Kolbe, Krakow, avant le 19 Octobre 1922

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes