Le scapulaire


L’histoire du Scapulaire

Scapulaire tire son origine du mot latin : scapulae, arum : les épaules. C’est l’habit de Notre-Dame du Mont Carmel.

Voici deux dates importantes, deux privilèges qui entourent le Scapulaire:

  • En 1251 : Apparition de Notre-Dame du Mont Carmel à Saint Simon Stock, Général de l’Ordre, le 16 juillet à Aylesford au sud de l’Angleterre. Saint Simon Stock est décédé à Bordeaux et enterré dans la chapelle de Notre-Dame du Mont Carmel en la cathédrale Saint André.
  • En 1316 : Privilège Sabbatin (Bulle sabbatine) reçu de Notre-Dame par le (futur) pape Jean XXII, juste avant son élection. Pape français d’Avignon.

La dévotion se propage et devient une arme contre les erreurs du protestantisme

C’est surtout au XVIème siècle, certainement en rapport avec la réforme protestante, pour s’opposer à elle, que le Scapulaire du Carmel, comme d’ailleurs le Rosaire et d’autres dévotions, va prendre son envol.

Au XVIème siècle fondations de confraternités ou confréries du Scapulaire:

Le 12 août 1530 le pape Clément VII publie une bulle qui fut le commencement d’une série de documents pontificaux approuvant et louant l’Habit de Marie et qui confirme définitivement la Bulle Sabbatine du pape Jean XXII (1316) qui promettait la délivrance du purgatoire le samedi après le décès, pour ceux qui auront porté le Scapulaire du Carmel.

Le vêtement de Marie

Le Scapulaire est donc une protection contre le plus grand danger qui nous menace, celui de perdre notre âme, mais il est surtout une appartenance. L’homme a toujours chargé le vêtement d’une signification symbolique, le vêtement a toujours été un langage, (les ornements sacerdotaux, les vêtements des fonctionnaires publics), le vêtement veut dire quelque chose.

Le scapulaire, disait PIE XII, est une sorte d’habit marial, nous sommes, par ce petit scapulaire que nous portons, les familiers de Notre Dame et il le rappelait à propos des apparitions de Fatima : Notre-Dame de Fatima nous a demandé de nous consacrer à son Coeur Immaculé. Et le signe de cette consécration, c’est le Scapulaire.

Les promesses de l’Immaculée envers ceux qui portent le Scapulaire

La Vierge Marie a promis trois choses :

  1. Préservation des flammes de l’Enfer ;
  2. Délivrance du Purgatoire le samedi après la mort ;
  3. Protection dans les dangers de l’âme et du corps.

Les conditions pour obtenir l’accomplissement des promesses de l’Immaculée

  • Recevoir l’imposition du Scapulaire par un prêtre
  • Le porter jour et nuit ;
  • Garder la chasteté selon son état ;
  • Réciter chaque jour le petit office de la Très Sainte Vierge, ou le Bréviaire, ou, à défaut, observer les jeûnes prescrits par l’Eglise et faire abstinence de viande tous les mercredis et samedis de l’année (sauf le jour de Noël). Tout prêtre qui impose le Scapulaire peut commuer ces obligations en une autre œuvre (chapelet quotidien, par exemple).

Les objections contre le scapulaire

Les esprits orgueilleux et mondains trouvent toujours des prétextes pour ne pas porter l’habit de Notre Dame du Mont Carmel. C’est de la superstition, disent certains esprits orgueilleux, comment un vêtement pourrait-il me préserver des flammes de l’enfer ? C’était bon pour les âmes crédules du Moyen Age ; ou encore c’est trop visible, disent les âmes pleines de respect humain, mes amis me poseront des questions ! ou plus fréquemment c’est insupportable, ça me gratte.

Le Scapulaire de Notre Dame est le chef-d’œuvre d’amour de la Très Sainte Vierge pour les hommes ; c’est le touchant mystère de sa puissante intervention dans l’application des mérites infinis de son divin Fils.

Talisman ou sacramental?

Ce privilège d’être préservé de l’Enfer, en portant un petit morceau d’étoffe sur soi, pourrait nous laisser croire que c’est gagner le ciel à bien peu de frais. Il y a eu dans l’Eglise toute une querelle : est-ce que la promesse de la Sainte Vierge s’applique à celui qui meurt revêtu du Scapulaire, ou est-ce qu’il faut le porter pieusement ? C’est-à-dire : si quelqu’un portait le Scapulaire et mourait en pécheur, serait-il délivré de l’Enfer ? Il est évident que le Scapulaire n’est pas un talisman, le Scapulaire reste un Sacramental, un objet béni qui est porteur de grâce dans la mesure des dispositions de l’âme.

Cependant le bienheureux CLAUDE DE LA COLOMBIÈRE dit que la promesse que fait Marie de protéger les confrères du Scapulaire ne renferme aucune condition ; la sainte Vierge s’est engagée à ne point souffrir qu’ils soient éternellement malheureux, c’est-à-dire qu’Elle leur donne toutes les assurances de salut que l’on peut avoir en cette vie.

Mais enfin, est-ce que le pécheur, qui veut mourir en pécheur, mourra revêtu de son scapulaire ? Vous y mourrez, répond le Bienheureux : car Dieu même, dit SAINT AUGUSTIN, ne peut forcer une volonté mauvaise et déterminée à se perdre. Oui, vous mourrez dans l’impénitence, vous mourrez dans votre péché, mais vous ne mourrez pas avec votre scapulaire. Si Marie ne peut vous retirer de vos désordres, elle trouvera bien moyen de vous arracher sa livrée : vous-même, oui vous-même vous vous dépouillerez de ce saint habit plutôt que d’y mourir en réprouvé.

Encouragements des papes à porter le Scapulaire

Liste des papes qui ont confirmé les privilèges liés au scapulaire:
Au XVIème siècle : Clément VII ; Paul III qui a ouvert le concile de Trente ; Saint Pie V, le Pape du Rosaire, que Sainte Thérèse verra monter au ciel ; Grégoire XIII, le réformateur des calendriers liturgique et civil.

Paul V fit proclamer en 1613, pour mettre fin à toutes les discussions, le texte suivant : Il est permis aux Pères Carmes de prêcher que le peuple chrétien puisse pleinement croire tout ce qui regarde les protections accordées aux confrères et aux sœurs de l’archiconfrérie de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel : c’est-à-dire que la Bienheureuse Vierge aidera les âmes des confrères et des sœurs, décédés dans la charité, qui durant leur vie ont porté son habit.

Grégoire XII (1572-1585) ordonna que les frères de l’Ordre du Carmel ni le jour ni la nuit demeurassent sans scapulaire tant pour gagner les innombrables grâces et indulgences de l’Ordre que pour le salut éternel qu’ils goûteront après leur mort.

Léon XI (1605) refuse qu’on lui retire le scapulaire avant de revêtir les ornements pontificaux après son élection.

Alexandre VII, le jour même où il entra au conclave sans savoir qu’il serait élu pape, se rendit au couvent des carmes de Sainte Marie in Transpontina et, après avoir prié, reçut du Prieur Général des carmes le Scapulaire et fut inscrit dans l’archiconfrérie en 1655.

Clément XI (1700-1721) avait une grande dévotion au Scapulaire. De même Benoît XIV (1740-1758), de même Pie VI (1775-1799) mort à Valence, au sud de Lyon.

Le Bienheureux Pie IX (1846-1878) dit : l’insigne bienfait du Scapulaire remis à ce saint (Simon Stock), pour l’utilité non seulement de la famille carmélitaine, mais encore des fidèles qui voudront l’honorer d’une particulière vénération avec cet ordre religieux.

Dans un décret du 27 avril 1887, sous Léon XIII (1878-1903), est concédé le pouvoir d’imposer simultanément plusieurs scapulaires dans une formule unique, excepté le Scapulaire du Carmel. C’EST « LE » SCAPULAIRE PAR EXCELLENCE. Et lorsque l’on ne précise pas il s’agit toujours du scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel.

Saint Pie X (1903-1914) autorise la médaille pour remplacer le scapulaire en étoffe, si l’on ne peut faire autrement. Benoit XV (1915-1922) dit aux élèves du séminaire Pontifical Romain, le 18 juillet 1917 : « Nous voulons laisser à tous une parole, une arme commune : la parole du Seigneur dans l’Evangile et l’arme du Scapulaire de la Vierge du Carmel que vous portez et qui vous vaudra la protection de Marie même après la mort. »

A l’occasion du sixième centenaire du Privilège Sabbatin, Pie XI (1922-1939) écrivait le 18 mars 1922, juste après son élection : « Nous demandons… de recommander à tous les catholiques qui sont de par le monde, la dévotion à la Vierge du Mont Carmel… Nous sommes heureux de pouvoir rendre ce témoignage de piété à l’admirable Mère de Dieu… et de mettre sous son patronage les débuts de notre Pontificat… »

Pour Pie XII (1939-1958), extrêmement dévot à la Sainte Vierge, le Scapulaire du Carmel est une dévotion essentielle. C’est durant son Pontificat, en 1950-1951, qu’ont eu lieu à Rome et dans le monde entier, en particulier à Bordeaux, les très grandes fêtes pour le 7ème centenaire de l’apparition de N.D. du Mont Carmel à Saint Simon Stock (16 juillet 1251). Il écrira une lettre le 11 février 1950, fête de N.D. de Lourdes, comme quoi le Scapulaire de N.D. du Mont Carmel est un acte de consécration au très saint Cœur de la Vierge Immaculée.

Combien, dans les dangers du corps et de l’âme, ont senti, grâce au Saint Scapulaire, la protection maternelle de Marie ! Que tous portent cet habit jour et nuit, comme un éloquent symbole de la prière, par laquelle ils implorent le secours divin. Combien d’âmes ont dû, même en des circonstances humainement désespérées, leur suprême conversion et leur salut éternel au Scapulaire dont elles sont revêtues ! La dévotion au Saint Scapulaire a fait couler sur le monde un fleuve immense de grâces spirituelles et temporelles !

Les Rois et les saints qui ont porté le scapulaire

Le roi Henri IV sauvé et converti par le Scapulaire qu’il a toujours porté depuis sa naissance. Il a fondé l’Ordre Royal et militaire de N.D. du Mont Carmel et a fait venir les carmélites en France.

Louis XIII qui consacra la France à la Sainte Vierge portait le Scapulaire. De même Louis XIV.

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort cite plusieurs fois le Scapulaire comme dévotion essentielle à Marie. De nombreux saints, comme Saint Alphonse de Ligori, portaient le scapulaire.

Lourdes est lié au mystère du Scapulaire. C’est au XVIIème siècle, en 1651, que fut fondée la confrérie du Scapulaire dans l’église paroissiale de Lourdes. Sainte Bernadette portait le scapulaire. La dernière apparition à Lourdes eut lieu le vendredi 16 juillet 1858, fête de N.D. du Mont Carmel, fête du Scapulaire.

Saint Jean de la Croix, à la veille de sa mort, le 14 décembre 1591, rappelait : Comment la Mère de Dieu (N.D. du Carmel) au jour du samedi accourait avec son secours et sa faveur au purgatoire, et comment elle sortait de là les âmes des religieuses personnes qui avaient porté son Saint Scapulaire. (Déposition au procès informatique pour sa canonisation).

Sainte Thérèse de Jésus (d’Avila) écrit à l’occasion de la fondation de son premier Carmel, à Avila le 24 août 1562 : « J’étais heureuse d’avoir réalisé une œuvre qui, je le savais, était pour la gloire de Dieu et l’honneur de l’HABIT de sa glorieuse Mère… »

Enfin Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, la Sainte des temps modernes écrit le 16 juillet 1894 : « Que je suis heureuse que vous soyez revêtue du Saint Scapulaire ! c’est un signe assuré de prédestination et puis n’êtes-vous pas par là unie plus intimement encore à vos petites sœurs du Carmel ?« 

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes