Le triomphe de Jésus-Christ arrivera par Marie


Pourquoi Dieu a-t-il assigné à Marie un rôle si exceptionnel pour les derniers temps ?

« C’est par Marie que le salut du monde a commencé, et c’est par Marie qu’il doit être consommé ». C’est par ces mots que saint Louis-Marie Grignion de Montfort explique pourquoi Marie interviendra tout particulièrement lors du deuxième avènement du Christ, dans les derniers temps. Il donne sept raisons pour lesquelles lors du retour de Jésus, la Vierge Marie doit être connue et révélée par le Saint-Esprit d’une façon particulière :

  1. Parce qu’elle s’est cachée dans ce monde et s’est mise plus bas que la poussière par sa profonde humilité, ayant obtenu de Dieu, de ses Apôtres et Évangélistes, qu’elle ne fût point manifestée.
  2. Parce qu’étant le chef-d’œuvre des mains de Dieu, aussi bien ici-bas par la grâce que dans le ciel par la gloire, il veut en être glorifié et loué sur la terre par les vivants.
  3. Comme elle est l’aurore qui précède et découvre le Soleil de justice, qui est Jésus-Christ, elle doit être connue et aperçue, afin que Jésus-Christ le soit.
  4. Étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu’il viendra la seconde, quoique non pas de la même manière.
  5. Étant le moyen sûr et la voie droite et immaculée pour aller à Jésus-Christ et le trouver parfaitement, c’est par elle que les saintes âmes qui doivent éclater en sainteté doivent le trouver. Celui qui trouvera Marie trouvera la vie, c’est-à-dire Jésus-Christ, qui est la voie, la vérité et la vie. Mais on ne peut trouver Marie qu’on ne la cherche ; on ne peut la chercher qu’on ne la connaisse : car on ne cherche ni on ne désire un objet inconnu. Il faut donc que Marie soit plus connue que jamais, à la plus grande connaissance et gloire de la Très Sainte Trinité.
  6. Marie doit éclater, plus que jamais, en miséricorde, en force et en grâce dans ces derniers temps : en miséricorde, pour ramener et recevoir amoureusement les pauvres pécheurs et dévoyés qui se convertiront et reviendront à l’Église catholique ; en force contre les ennemis de Dieu, les idolâtres, schismatiques, mahométans, juifs et impies endurcis, qui se révolteront terriblement pour séduire et faire tomber, par promesses et menaces, tous ceux qui leur seront contraires ; et enfin elle doit éclater en grâce, pour animer et soutenir les vaillants soldats et fidèles serviteurs de Jésus-Christ qui combattront pour ses intérêts.
  7. Enfin Marie doit être terrible au diable et à ses suppôts comme une armée rangée en bataille, principalement dans ces derniers temps, parce que le diable, sachant bien qu’il a peu de temps, et beaucoup moins que jamais, pour perdre les âmes, il redouble tous les jours ses efforts et ses combats ; il suscitera bientôt de cruelles persécutions, et mettra de terribles embûches aux serviteurs fidèles et aux vrais enfants de Marie, qu’il a plus de peine à surmonter que les autres. (Le livre d’or, op. cit., p. 48-50.)

Mais pourquoi est-ce spécialement Marie (et non le Christ directement) qui doit triompher de Satan ?

Parce que le démon l’appréhende plus, non seulement que tous les anges et les hommes, mais, en un sens, que Dieu même. Ce n’est pas que l’ire, la haine et la puissance de Dieu ne soient infiniment plus grandes que celles de la Sainte Vierge, puisque les perfections de Marie sont limitées ;

Mais c’est premièrement parce que Satan, étant orgueilleux, souffre infiniment plus d’être vaincu et puni par une petite et humble servante de Dieu, et son humilité l’humilie plus que le pouvoir divin ;

Secondement parce Dieu a donné à Marie un si grand pouvoir contre les diables, qu’ils craignent plus, comme ils ont été souvent obligés d’avouer, malgré eux, par la bouche des possédés, un seul de ses soupirs pour quelque âme, que les prières de tous les saints, et une seule de ses menaces contre eux que tous leurs autres tourments. (Ibid., p. 51.)

En quoi consiste le rôle de Marie dans les derniers temps ?

Il se situe dans la bataille décisive entre elle, « le grand signe dans le ciel », et le dragon (Ap. 12) : on en voit un début de réalisation dans le fait que, à mesure que l’impiété se répand dans le monde, Marie se révèle et vient au secours des fidèles. Pendant que sur terre les idéaux de la franc-maçonnerie et des autres ennemis de Dieu triomphent, le culte de la Sainte Vierge s’étend lui aussi et devient la cause de la plus grande efflorescence des missions catholiques dans l’histoire de l’Église. L’apocalypse décrit ce combat en ces termes :

Un grand signe parut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête (12, 1)…

Un autre signe parut encore dans le ciel : tout à coup on vit un grand dragon rouge (12, 3)…

Puis le dragon se dressa devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, dès qu’elle l’aurait mis au monde (12, 4)…

Quand le dragon se vit précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait mis au monde l’enfant mâle.

Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme pour s’envoler au désert, en sa retraite, où elle est nourrie un temps, des temps et la moitié d’un temps, hors de la présence du serpent (12, 13–14)…


Et le dragon fut rempli de fureur contre la femme, et il alla faire la guerre au reste de ses enfants, à ceux qui observent les commandements de Dieu et qui gardent le commandement de Jésus (12, 17).


Comme nous l’avons déjà mentionné, saint Louis-Marie Grignion de Montfort voit dans ce combat l’accomplissement de toute l’histoire du monde depuis le début de l’humanité :

C’est principalement de ces dernières et cruelles persécutions du diable qui augmenteront tous les jours jusqu’au règne de l’antéchrist, qu’on doit entendre cette première et célèbre prédiction et malédiction de Dieu, portée dans le paradis terrestre contre le serpent. Il est à propos de l’expliquer ici pour la gloire de la Très Sainte Vierge, le salut de ses enfants et la confusion du diable.(Gen., 3, 15) : « Je mettrai des inimitiés entre toi et la femme, et ta race et la sienne ; elle-même t’écrasera la tête, et tu mettras des embûches à son talon. »

Jamais Dieu n’a fait et formé qu’une inimitié, mais irréconciliable, qui durera et augmentera même jusques à la fin. Puis saint Louis Grignion cite le texte célèbre de saint Irénée :

« Ce que Lucifer a perdu par orgueil, Marie l’a gagné par humilité ; ce qu’Ève a damné et perdu par désobéissance, Marie l’a sauvé par obéissance. Ève, en obéissant au serpent, a perdu tous ses enfants avec elle, et les lui a livrés ; Marie, s’étant rendu parfaitement fidèle à Dieu, a sauvé tous ses enfants et serviteurs avec elle, et les a consacrés à sa Majesté. » Ibid., p. 51-52.

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *