La dévotion mariale vécue selon Dom Columba Marmion


Après avoir expliqué en quoi consiste la vie mariale du chrétien, Dom Marmion présente un programme très simple afin que notre dévotion à Marie devienne réalité.

Puisque Jésus-Christ lui-même est notre Frère ainé et que nous sommes les membres de son Corps mystique, nous devons faire exactement comme lui.

Ce qu’il a choisi, nous le choisissons aussi : « Jésus a choisi sa Mère de toute éternité. Il lui a conféré, avec sa maternité divine, tous les autres privilèges que nous admirons en elle et qu’il a payés de son sang. Nous aussi, nous devons librement choisir Marie comme Mère, nous réjouir de tous ses privilèges et en remercier Dieu. »

Son attitude envers sa Mère sera nôtre : « Jésus était soumis à sa Mère. Nous aussi, obéissons à Marie. Soyons dociles à ses conseils d’imiter Jésus. Ne nous dit-elle pas à chacun de nous : “Faites tout ce qu’Il vous dira” et “Voici mon Fils bien-aimé, écoutez-le” ? Jésus a aimé et honoré sa Mère. A nous de l’honorer, de l’aimer de trouver notre joie en tous ses privilèges. Se réjouir des attributs divins est une forme très élevée de l’amour. »

Dom Marmion veut voir les âmes s’identifier à Jésus dans les sentiments filiaux qu’il éprouve envers sa Mère. Il nous apprend la merveilleuse invocation de Sainte Gertrude : « Seigneur, dites pour moi à votre Mère : Ecce Filius tuus, Voici votre enfant. » Qu’il est consolant de savoir, que « Marie voit Jésus en chacun de nous. »

De son côté, l’office propre de Marie consiste à donner naissance et à former le Christ en nous. Vers la fin de sa vie, Dom Marmion, a composé un magnifique acte de consécration à la Sainte Trinité qui se termine par une supplique à la Sainte Vierge, dans laquelle il résume toute sa vie mariale : « O Marie, Mère du Christ, Mère du saint Amour, formez-nous Vous-même selon le Cœur de votre Fils. »

Si Notre-Seigneur nous amène au Père, Marie nous amène à Jésus : « Je vais à Dieu par Jésus. Marie m’aide à connaître son Fils et à aller à lui. » La médiation de Marie n’est pas seulement descendante par la distribution de toutes les grâces méritées par son Fils et co-méritées par elle.

Elle est aussi ascendante car c’est par elle que nous retournons à Jésus, et par elle aussi que nos prières et notre vie deviennent agréables à Dieu : « Toute louange, adressée à Marie, retourne toute pure à la gloire de l’adorable Trinité, comme en son Magnificat. Si je me consacre à Marie, elle ne reçoit ce don de moi-même que pour l’offrir aussitôt à Dieu. »

C’est aussi la raison pour laquelle Dom Marmion aimait réciter l’Office divin « en la personne de la Vierge Marie, adressant mes louanges et mes prières en son nom, comme elle a dû le faire elle-même au Père éternel par Jésus-Christ, essayant d’entrer dans les sentiments de son adoration profonde, de son humilité, de sa confiance et aussi de sa joie à la pensée du triomphe de son Fils. »

Ainsi notre affection envers Marie doit être sans borne : « Aimons Marie plus que toutes les mères. De son côté, un cœur de mère pardonne toujours. »

Faisons donc nôtres le grand principe de la vie spirituelle, la quintessence de toute la spiritualité de Dom Marmion : « Toute la sainteté consiste à être par la grâce ce que Jésus-Christ est par nature : enfant de Dieu, enfant de Marie. »

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes