Ce que l’Epoux de Marie nous enseigne sur les vertus de l’homme


Comment saint Joseph devint-il le digne époux de Marie, l’homme bon et juste par excellence ? Ce fut par l’apprentissage qu’il fit de la Sagesse de l’Ancien Testament.

Sa vie était celle d’un simple ouvrier vivant pauvrement. Il accomplissait son travail sans s’éloigner du chemin tracé par la loi divine et apprit comment survivre au milieu des hommes sans scrupule, discernant leurs intentions, refusant les querelles stériles et défendant la veuve et l’orphelin sans se départir de la justice.

Le livre de la Sagesse nous raconte l’histoire de son idéal spirituel que tout jeune homme devrait faire sien et mettre en pratique.

Pour atteindre la moelle de sa formation, nous devons nous en tenir à ce qui suit. La voie de la sagesse doit passer par l’instruction, les épreuves, la maîtrise de soi et les afflictions de toutes sortes, dans le cadre de l’obéissance à la loi de Dieu avec un réel désir de justice (Eccl. 1, 4 ; 1, 30 ; 4, 14 ; 6, 18 et 24). Appliquons donc à nous-mêmes ces étapes de la formation spirituelle de saint Joseph.

L’instruction consiste dans l’étude du catéchisme, de l’enseignement dogmatique de l’Eglise et la vie des saints. Quiconque est négligent dans ce domaine sera une victime du mauvais exemple ou de sa propre paresse. De plus, saint Joseph enseigne que tout doit être fait par et pour Marie, car elle est le siège de la Sagesse qui a donné le Christ au monde et qui nous amènera à Lui, en nous enseignant les vertus de son fils.

Nos épreuves sont avant tout les tentations. Chaque fois que nous sommes tentés ou en présence de circonstances difficiles, nos vertus sont éprouvées et poussées jusqu’à leurs vraies limites. Lors de l’échec, nous relevons-nous aussitôt pour une nouvelle bataille ? Et lors de la victoire, tombons-nous dans l’orgueil ou bien engrangeons-nous ces nouvelles grâces pour le futur ? C’est en nous relevant après les chutes et en restant enracinés dans l’humilité que nous deviendrons dignes de la Sagesse.

La maîtrise de soi pour saint Joseph consistait dans la conservation et la préservation de cette pureté qu’il avait choisie et à ne jamais consentir à ce que son âme ne soit souillée par aucune faute. Sa discipline de vie se manifestait par le soin du devoir accompli et une grande attention à fuir les occasions de péché. Sa récompense fut très grande puisque déjà sur terre il reçut pour compagne Marie Immaculée.

Des afflictions de toutes sortes sont le lot de tout homme juste qui se propose de combattre jusqu’à la mort pour la justice. Tout d’abord en son âme, en préférant la mort au péché et l’obéissance aux lois divines. En second lieu, de nombreuses épreuves lui seront réservées en cherchant à ce que le monde entier rende à Dieu un culte digne de sa majesté.

Cette œuvre ne fut cependant pas le partage de saint Joseph parce que sa mission était d’être le protecteur de Jésus et Marie pendant leur vie cachée, mais elle est bien la nôtre. Et si nous faisons de réels efforts publics pour la loi de Dieu, les afflictions seront notre récompense.

En somme, il s’agit de s’éloigner du monde et de revêtir l’homme nouveau formé à une discipline semblable à celle de Joseph. Pour l’amour de Marie et à l’imitation de saint Joseph, mettons de côté les médias et faisons de la justice de Dieu la préoccupation principale de notre vie.

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes