LES APPARITIONS DE NOTRE-DAME A QUITO


Brève histoire de Notre-Dame de Quito

Le Couvent Royal de l’Immaculée Conception de Notre Dame de Quito était le premier Couvent de la ville, fondée le 13 janvier 1577, selon les chroniques de Rodriguez Do Campo.

L’historien Montesinos a inclus dans ses « annales » l’histoire de la fondation de ce Couvent. Entre autres choses, il a écrit : « Les religieuses fondatrices étaient Maria Taboada, qui, en religion s’appelait appelée Maria de Jésus; Catalina Rodriguez, en religion Catherine de la Conception; Francisca Xaramillo, en religion Lucia de la Conception; Maria Rodriguez, en religion Maria de l’Incarnation. Ces femmes ont fait leur profession religieuse avec le Père Juan lzquierdo, le Vice-commissaire le Général de la Province de Quito, le 25 janvier 1575.

Avec étaient venues Juana de Castaneda et Magdalena de Valenzuela, Juliana d’Arce, Mariana Torres et Leonor Tamay, qui étaient encore trop jeunes pour prononcer leurs vœux perpétuels et qui, une fois qu’elles avaient atteint l’âge requis par le noviciat, on fait leur profession ».
« Ce Couvent Royal des Sœurs de la Conception de Quito a été fondé le 13 janvier de l’année 1573, son fondateur et sa première Abbesse étant Maria de Jésus y Taboada. Elle est issue de la maison noble de Soloriego de Galice, bien qu’elle ait été plus admirée et reconnue pour sa grande vertu, qu’en raison de sa noblesse ».

Certaines des femmes qui venaient d’Espagne pour fonder le couvent n’étaient pas encore assez âgée pour professer leur vœux. Parmi elles se trouvait la nièce de la fondatrice, qui était encore une jeune fille lorsque le couvent fut fondé. Cependant, avec le temps, elle est devenue la plus grande splendeur du Couvent Royal. Elle est née en Biscaye et s’appelait Mariana de Torres y Berriochoa.

Mariana de Torres, qui, en religion, s’appellera Mariana de Jésus, n’était âgée que de 14 ans lorsque les mères fondatrices ont fait leur de profession, elle put prononcer ses vœux perpétuels en 1579 seulement.

Dans le « Livre de la Fondation », on peut lire: « Mariana de Torres, professe et prend le nom de Mariana de Jésus; elle a fait ses vœux le 21 Septembre, jour de la Saint Matthieu, de l’année 1579, elle est l’une des premières novices ».

Le « Livre des Professions » dit la même chose: « Mariana de Torres professe et prend le nom de Mariana de Jésus; elle a prononce ses vœux le 21e jour du mois de Septembre de l’année 1579 ». Il semble très clair que Mariana de Jésus a été un véritable pilier pour le couvent en raison de sa très haute vertu qu’elle a atteint et des titres qu’elle a tenu.

Les vertus de la Mère Marianna de Torres

Il y aurait beaucoup à dire sur la grande vertu de Mère Mariana, et je ne citer que l’une des nombreuses personnes qui en ont témoignées. Je me souviens des paroles trouvées dans le « Procès » de la Bienheureuse Mariana, le lys blanc de Quito. Il y est affirmé que la Bienheureuse Mariana de Jésus,  qui n’était encore qu’une jeune fille, se rendit à l’église de la Conception à assister aux funérailles d’une religieuse nommée Mariana de Jesus (Torres), qui mourut en odeur de sainteté. Plus explicite est le témoignage de Rodriguez DoCampo qui parle de ce Couvent dans son célèbre « Descripcion y Relacion del Estado Eclesiastico del Obispado de San Francisco de Quito » (la Description et Compte rendu de l’État Ecclésiastique l’Épiscopat de Saint François de Quito). Citant le « Procès » de la Bienheureuse Mariana, il déclare: « Il y a eu (dans le dit Couvent) des Nonnes qui avaient une vertu singulière et de la religion, comme Maria de Jésus Taboada, la première Abbesse et d’autres qui suivaient son exemple.

Resplendissante dès sa jeunesse par son humilité, son obéissance, sa pénitence et son don de prière, sa piété et sa dévotion pour Notre Seigneur Jésus Christ, ainsi que son amour et sa révérence pour le Nom de Jésus, Mariana de Jésus, fut l’une premières à avoir pris qui a pris l’habit (Dans le Couvent de Quito) ». Elle a vécu et elle est morte en laissant un grand exemple, spirituellement et temporellement, dans sa piété aussi bien que son sage gouvernement, étant Abbesse à diverses reprises. Ses pétitions et prières ont été accompagnées par la Majesté Divine et elle a reçu de Sa Miséricorde tout ce à qu’elle a demandé. 

« Elle est morte avec autant de paix et de sainteté qu’elle un vécu en ce monde. Ses confesseurs dans les sermons lors de son enterrement, ainsi que les dossiers annuels le commentaire révèlent comment elle fut remplie de zèle pour le service divin et qu’elle avait bénéficié de grandes révélations de la Majesté de la Divin et de sa sainte Mère et l’Enfant Jésus qu’elle portait dans ses bras, et qu’elle avait Don de prophétie. Elle a reçu ces dons prophétiques, à mon avis qui est aussi celui de l’archevêque Pedro Oviedo qui a échangé avec elle et qui connaissait donc les prophéties qu’elle avait fait, de sorte que Dieu puisse  être loué et béni, comme preuve qu’il fait des saints et qu’il donne son Divin Esprit à ceux qui le servent. Ces prophéties concernent aussi d’autres choses en particulier sur les faveurs divines qu’elle  a reçu et dont la vérification se fera dans la longueur de l’histoire ».

Description et Compte rendu de l’État Ecclésiastique l’Épiscopat de Saint François de Quito

Notre-Dame du Bon Succès de Purification en Espagne

Il est de notoriété publique que l’une des églises les plus connues de Madrid est celle de Notre Dame du Bon Succès. Quelle est l’origine de son invocation? Après la mort du frère de Bernandin Obregon, fondateur des Frères Minimes pour le service des malades (Ordre de Saint François de Paule), le Frère Gabriel de Fontaned fut été élu pour lui succéder.

Accompagné de Guillermo de Rigosa, il partit à Rome pour y plaider la cause de l’approbation officielle de leur Institut, devant le Pontife Romain. Comme ils passaient par la ville de Traigueras (sous la juridiction de Tortosa, dans la Principauté de Catalogne), ils découvrirent miraculeusement dans une grotte de montagne une belle statue de la Sainte Vierge Marie portant son divin Fils dans son bras gauche et un sceptre dans son droit, avec une précieuse couronne sur sa tête.

Quand ils arrivèrent à Rome, ils rapportèrent au Pape ce qui s’était passé, et le Pape a non seulement reconnu le caractère surnaturel de cette découverte, et, après avoir confirmé la nouvelle ordonnance, il la plaça sous la protection de la même Vierge, auquel il donna le nom de la Vierge du Bon Succès. C’est ainsi qu’est venu ce nom qui a été donné par le Souverain Pontife. La sainte statue, qui a été placé à l’Hôpital Royal de Madrid, est devenu célèbre pour les nombreuses faveurs accordées par le ciel à travers elle. En 1641, Philippe III ordonna la construction du splendide sanctuaire de la Puerta del Sol (Porte du Soleil). La magnificence de cet édifice qui est consacré Notre Dame du Bon Succès est renommé parmi les églises de Madrid.

Les religieuses espagnoles qui avaient traversé l’Océan pour fonder le couvent de l’Immaculée Conception à Quito ont apporté avec eux un fervent amour pour la Vierge du Bon-Succès. Elles ne se doutaient pas que la Sainte Vierge daignerait les favoriser d’une façon très spéciale au moyen de ce titre particulier.

Notre-Dame du Bon Succès de Purification vient à Quito

C’était pendant l’année 1610. Mariana de Jésus Torres, étant alors Abbesse du Couvent, dont la vertu était déjà bien connue, se distinguait pour sa dévotion pour la Vierge de Bon Succès. Une nuit, dans le chœur supérieur de l’église, alors que Mariana priait devant avant Notre Seigneur présent dans le Saint Sacrement, recommandant sa communauté à la Vierge Sainte, elle remarqua une lumière douce qui était soudainement apparue dans l’air. Dans cette lumière, se trouvait Mère de Dieu accompagné par des Anges. Dans ses bras elle portait l’Enfant Divin. Submergée par l’émotion, Mariana de Jésus se mit à genoux devant Marie et, incapable de se retenir, elle demanda quel était le but de cette visite si céleste. À cela la Mère de Dieu répondit avec bonté:

« Je suis Sainte Marie du Bon Succès, celle que vous avez invoqué avec une affection si tendre. Votre prière m’a énormément fait plaisir. Votre foi m’a amené ici et votre amour m’a invité à vous rendre visite ».

Notre-Dame de quito

La Reine du Ciel a également dit à l’humble sœur que son désir, ainsi que celui de son Divin Fils, était qu’elle soit honoré par cette communauté comme étant sa principale abbesse et ce, jusqu’à la fin des temps. Pour cela, la Vierge lui ordonna de faire réaliser une statue, telle qu’elle la voyait de ses yeux et de lui donner le nom de Sainte Marie du Bon Succès, exigeant que cette statue, une fois réalisée soit placée au-dessus du siège de l’Abbesse de la communauté. Ainsi, elle voulait présider au gouvernement de cette Communauté qu’elle s’était réservée.

Remplie de confusion par cette demande, la mère Mariana répondit qu’il serait impossible de reproduire dans le bois la majesté, la beauté, la taille et autres caractéristiques de la Dame céleste. En réponse, Notre-Dame lui ordonna d’ôter sa ceinture (la corde qu’elle avait autour de la taille de son habit), et avec, elle lui demanda de mesurer sa hauteur, elle-même l’aida à prendre les mesures. Après cela, la Dame Céleste dit en souriant, qu’elle pouvait s’occuper du reste toute seule.

Enfin, elle répéta ses ordres, expliquant à Mariana de Jésus que dans sa main droite, elle devrait tenir la crosse et les clefs du couvent, qu’elle s’était choisie pour elle-même, assurant ainsi que les efforts de Satan pour le détruire seraient vains. La Vierge du Bon Succès de Quito apparaît avec la crosse dans la main droite, à la place du sceptre qu’elle porte sur la statue de Madrid. Les Sœurs du Couvent de l’Immaculée Conception de Quito ont toujours eu un grand amour pour leur Abbesse Céleste. Et il ne serait pas trop de dire que la statue de la Vierge de Bon Succès, une fois complété, a rapidement été très vénérée par les gens Quito, qui la vénèrent encore fidèlement depuis près de trois siècles. Nous pouvons dire, alors, que la Vierge de Bon Succès de Quito est devenue une dévotion nationale.

N'oubliez pas de partager pour le bien des âmes